5 avril 1606. Devenue femme cougar, la reine Margot assiste au meurtre de son gigolo de 18 ans.

Autorisée à revenir à Paris par son ex-époux Henry IV, Marguerite y voit son jeune amoureux abattu par un rival jaloux.

5 avril 1606. Devenue femme cougar, la reine Margot assiste au meurtre de son gigolo de 18 ans.
Par FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS

Sous les yeux effarés de la grosse Margot qui s’apprête à descendre de son carrosse, son jeune amant de 18 ans s’effondre, une balle dans la tête. Gabriel Dat de Saint-Julien, qu’elle aime passionnément, meurt sur le coup. Engoncée dans sa graisse, l’ex-reine de France ne peut que voir l’assassin s’enfuir à toutes jambes. Mais non, elle ne rêve pas, il s’agit du comte de Vermont, son précédent… gigolo. À 52 ans, l’épouse répudiée d’Henri IV déchaîne encore les passions. La sexe attitude de Nabila dans le corps de Christine Boutin…

Margot aime les hommes jeunes, les poèmes d’amour et le sexe. À Nérac, elle entretient une cour consacrée à l’amour et à la littérature. Elle change d’amant comme Julien Dray de montre. Ces intrigues inspirèrent à Shakespeare sa pièce Peines d’amour perdues. Et après ? Ce n’est pas son ex, le roi Henri IV, surnommé à juste titre le Vert Galant, qui va lui donner des leçons de morale ! Du reste, il s’en garde, conservant d’excellents rapports avec sa première épouse. Après un long exil, il vient de l’autoriser à revenir dans la capitale. Marguerite de Valois s’est installée provisoirement à l’hôtel de Sens, en face de l’îlot aux Vaches (la future île Saint-Louis), en attendant la livraison du palais qu’elle se fait construire sur la rive gauche, face au Louvre.

Perruques et plaques de fer blanc

Le 5 avril 1606, de retour à l’hôtel de Sens après une virée shopping chez Tati, la reine Margot s’apprête à descendre de son carrosse. Son jeune amant Dat se précipite pour l’aider. C’est un galant jeune homme qui lui manifeste des signes d’amour, même si elle n’est plus la bombe sexuelle de sa jeunesse. N’avait-elle pas séduit alors toute l’aristocratie du royaume ? On lui prête des aventures avec le duc de Guise, Dominique de Villepin et même, disent les méchantes langues, avec son grand frère.

Devenue énorme, Marguerite élargit sa carrure avec des plaques de fer blanc disposées sous ses habits pour faire paraître sa taille plus fine. Le petit souci, c’est qu’ainsi harnachée elle a du mal à passer par les portes trop étroites. Elle utilise des vertugadins (bourrelets disposés sous sa jupe) dans lesquels, écrit cette langue de p… de Tallemant des Réaux, « elle mettoit une boîte où était le coeur d’un de ses amants trépassés, car elle était soigneuse, à mesure qu’ils mouroient, d’en faire embaumer le coeur ». Chaque soir, dit-il, elle attache ce vertugadin à son lit avec un cadenas ! Mais faut-il croire ces accusations malveillantes ? Chauve, elle se coiffe parfois d’une perruque blonde faite avec les cheveux de ses valets de pied. Et pour dissimuler son teint couperosé, elle lance l’usage de la poudre.

Au moment où Dat de Saint-Julien ouvre la porte du carrosse, le comte de Vermont, 20 ans, qui l’avait précédé dans le coeur de Margot, lui expédie une balle dans la tête. Après son crime, l’assassin se carapate, mais il est vite rattrapé par les valets de la reine. On le ramène, on le reconnaît. Il avoue la jalousie ! Mais la grosse Margot n’est pas vraiment sensible à cet explosif témoignage d’amour. Elle s’époumone : « Qu’on le tue, ce meschant, tenez, tenez, voilà mes jarretières, qu’on l’étrangle ! » Il est jeté dans un cul-de-basse-fosse du Châtelet. À l’époque, la justice est expéditive. Trois jours plus tard, le 8 avril, le jeune noble a la tête tranchée par le bourreau sur le lieu de son forfait, en face de l’hôtel de Sens. Postée derrière une fenêtre, la reine Margot se délecte du spectacle. Ce ne sont pas les jeunes amants qui manquent.

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/5-avril-1606-reine-cougar-de-52-ans-la-reine-margot-assiste-au-meurtre-de-son-amant-04-04-2012-1448540_494.php#xtor=CS1-32

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :