Archives mensuelles : janvier 2013

Read a Lawyer’s Amazingly Detailed Analysis of Bilbo’s Contract in The Hobbit

BY JAMES DAILY

Editor’s Note: James Daily, a lawyer and co-author of The Law and Superheroes, typically focuses his legal critiques on the superhero world at the Law and the Multiverse website he runs with fellow lawyer and co-author Ryan Davidson. Today, Daily takes a look a very important cultural document for Wired: The contract between Bilbo Baggins and the dwarves in The Hobbit.

Ordinarily I don’t discuss legal issues relating to fictional settings that are dramatically different from the real world in terms of their legal system. Thus, Star WarsStar Trek, Tolkien’s Middle Earth, etc. are usually off-limits because we can’t meaningfully apply real-world law to them. But the contract featured in The Hobbit: An Unexpected Journey was just too good a topic to pass up, especially since you can buy a high-quality replica of it that is over 5 feet long unfolded.

First, it seems fairly clear (to me, anyway) that Tolkien wrote the Shire (where hobbits live) as a close analog to pastoral England, with its similar legal and political structures. For example, the Shire has amayor and sheriffs, and there is a system of inheritance similar to the common law. The common law fundamentals of contract law have not changed significantly since the time that the Shire is meant to evoke, so it makes sense that the contract would be broadly similar to a modern contract (and likewise that we could apply modern contract law to it).

So, without further ado, let’s get to it.

The Contract in General

As mentioned, the contract is quite long. This is in contrast with the contract as described in the book, which is very terse. Its terms amounted to this:

For your hospitality our sincerest thanks, and for your offer of professional assistance our grateful acceptance. Terms: cash on delivery, up to and not exceeding one fourteenth of total profits (if any); all travelling expenses guaranteed in any event; funeral expenses to be defrayed by us or our representatives, if occasion arises and the matter is not otherwise arranged for.

Even in the book’s version we see an issue: the dwarves accept Bilbo’s “offer” but then proceed to give terms. This is not actually an acceptance but rather a counter-offer, since they’re adding terms. In the end it doesn’t matter because Bilbo effectively accepts the counter-offer by showing up and rendering his services as a burglar, but the basic point is that the words of a contract do not always have the legal effect that they claim to have. Sometimes you have to look past the form to the substance.

But back to the movie version: It has at least 40 major sections and numerous footnotes and digressions in smaller type. We will begin at the beginning and go on till we reach the end, except where the form of the contract requires some jumping around.

Bilbo’s Obligations to the Dwarves

Two clauses describe Bilbo’s primary obligations:

I, the undersigned, [referred to hereinafter as Burglar,] agree to travel to the Lonely Mountain, path to be determined by Thorin Oakenshield, who has a right to alter the course of the journey at his so choosing, without prior notification and/or liability for accident or injury incurred.

The aforementioned journey and subsequent extraction from the Lonely Mountain of any and all goods, valuables and chattels [which activities are described collectively herein as the Adventure] shall proceed in a timely manner and with all due care and consideration as seen fit by said Thorin Oakenshield and companions, numbering thirteen more or less, to wit, the Company.

All contracts require some consideration from all parties to the contract.  Consideration, in the contract sense, means a bargained-for performance or promise. Restatement (Second) of Contracts § 71(1). Basically, this is something of value given or promised as part of the agreement. This can be anything that the parties agree is valuable; the classic example is a single peppercorn.  Whitney v. Stearns, 16 Me. 394, 397 (1839).

Here, Bilbo is promising to go with the Company to the Lonely Mountain and performing various services there, including extracting the treasure, plus a few more services we’ll get to later. In turn, as we shall see, the Company promises to pay Bilbo one fourteenth of the profits, plus a few other obligations. Thus we have “a promise for a promise,” otherwise known as a bilateral contract.

There are some other details to notice in these clauses. One is the use of defined terms (e.g. “referred to hereinafter as Burglar”). The parties to a contract may define terms however they wish, even in ways that contradict the definition used in statutes or regulations.

This is important in this case because of the use of the defined term “Burglar.”  Contracts to do something illegal are ordinarily unenforceable (e.g. collecting on an illegal gambling debt). But here what matters is not that the parties used the word ‘burglar’ but rather what sort of meaning they assigned to that defined term. As we shall see, the contract doesn’t require Bilbo to do anything illegal (or at least not obviously illegal), and so the contract will probably not fail for use of a questionable term.

Thorin’s Right to Alter the Journey

These two clauses also pose something of a contradiction.  On the one hand we see the first of many liability waivers:

[Thorin has] a right to alter the course of the journey at his so choosing, without prior notification and/or liability for accident or injury incurred.” But on the other hand we see this explicit obligation of care: “[the Adventure] shall proceed in a timely manner and with all due care and consideration.

Ordinarily “due care and consideration” signifies taking on liability for negligence, so this conflicts with the earlier liability waiver. Perhaps the two can be reconciled by the phrase “as seen fit by said Thorin Oakenshield and companions.” Thorin and Co. could always claim that the amount of care and consideration they saw fit was extremely minimal, though that runs the risk of making the clause meaningless, which courts usually don’t like to do.  ”As a general proposition, whenever possible, the law favors reconciliation of clauses within a contract which appear contradictory.” City of Columbia v. Paul N. Howard Co., 707 F.2d 338, 340 (8th Cir. 1983). Taken together with the numerous other waivers and disclaimers, I think a court would probably conclude that Thorin & Co. were not taking on any particular duty of care. ”A writing is interpreted as a whole.”  Restatement (Second) of Contracts § 202(2).

Waivers or disclaimers of liability are an important part of many contracts. These can include waivers of a product warranty (seen all the time in software license agreements) and waivers for liability due to negligence (often required before doing something dangerous like skydiving). But there are limits to liability waivers. While a party to a contract can ordinarily waive liability for negligence (although not in every jurisdiction), one cannot waive liability for gross negligence, recklessness, or intentional misconduct.  So the numerous (and sweeping!) waivers and disclaimers may not be as effective as they appear at first glance.

So far the Dwarves haven’t committed any unsalvageable drafting errors or done anything that might jeopardize the validity of the contract. We’ll see if that keeps up!

Waivers for Notoriety and ‘Unlooked-for’ Misfortune

The next section is yet another waiver:

Burglar holds harmless and without blame in perpetuity the Company and its successors for any notoriety, incarceration, or proceedings brought against, in regard to or as a result of the adventure or any activities related thereto.

Also includes slander, libel, loss of face or of social standing in country of Burglar’s origin.

Remedies shall similarly not be sought for any unlooked-for misfortune befalling Burglar’s home during his absence.

The smaller text is written in the margin or otherwise in smaller writing. There’s a lot of that kind of writing in the margins that we’ll be referring to as we go through the contract. For the most part the size of the print doesn’t matter, but there are some contract terms, such as warranty disclaimers, that must be printed conspicuously, which usually means large print or all caps. UCC §§ 2-316(2),  1-201(b)(10).  At common law we suspect the rules were even looser.

This set of waivers is not particularly objectionable. As discussed in the prior post, the actual scope of the waiver may not be as broad as the language suggests. For example, if the Dwarves intentionally burned down Bag End, this waiver would not prevent Bilbo from suing them for the damage.

It may bear mentioning that the slander waiver only protects the Company. Bilbo could still sue the actual slanderer, of course. Traditionally this has been easier to do in England than the United States. At common law, for example, truth was no defense to criminal libel (also known as seditious libel). Garrison v. Louisiana, 379 U.S. 64, 67-68 (1964).

Payment (and Funeral Expenses) for the Burglar

Now we come to some terms of the contract actually described in the book:

Cash on delivery, up to and not exceeding one fourteenth of the total profit [if any]. Not including any of the gross paid to other parties in lieu of royalties or help and provisions given or loaned.

All traveling expenses guaranteed in any event. But refer to attached and appended conditions, clauses and riders regarding any Return Journey. ‘Traveling expenses’ shall be understood to mean basic fare as seen fit by the Company. ‘Luxury’ catering or accomodation over and above this standard shall be enjoyed only at Burglar’s considerable [but justifiable] expense.

Funeral expenses to be defrayed by us or our representatives if occasion arises and the matter is not otherwise arranged for. Basic funeral to ‘commoner’ or peasant standard is allowed for only. Lavish ceremonies and jewelled (sic) or gilded coffins not provided. Plain pine box is the normal standard. Transport of any remains, in whole or in part, back to the country of Burglar’s origin is not included.

Most of these clauses are fairly straightforward. In terms of the plot, the more important clause is the one regarding profits. Already we see part of the definition: it excludes royalties paid to others and anything given or loaned to Bilbo counts against it. In the margins we see some more relevant terms:

Burglar acknowledges and agrees that each item of the Company’s valuables, goods, money or merchandise which he recovers from the Lonely Mountain [the ‘Recovered Goods’] during the term of his engagement with the Company, shall remain the Property of the Company at all times, and in all respects, without limitation.

Furthermore, the company shall retain any and all Recovered Goods until such a time as a full and final reckoning can be made, from which the Total Profits can then be established.  Then, and only then, will the Burglar’s fourteenth share be calculated and decided.

So Bilbo can’t just pick up some treasure that he likes and decide that it’s part of (or the entirety of) his share.  Instead, as provided by yet another clause, he will be paid in gold or its equivalent, in correct weight or of good quality, respectively. And he can’t lay claim to any particular article of treasure. Indeed, the Dwarves could conceivably purchase gold from somewhere else and pay him with that.  He’s not entitled to any part of the treasure itself as such.

There are several ways in which these contract terms affect the plot. The book has been out for about eighty years, but nonetheless, spoiler alert:

As anyone who has read the book knows, the definition of Bilbo’s “fourteenth share of total profits” goes directly to a major issue in the plot, namely Bilbo’s taking of the Arkenstone. In the book Bilbo feels comfortable taking it, since he figures it’s worth his fourteenth share, and the contract didn’t say which fourteenth he could take. This contract eliminates that possibility. We doubt that the plot will actually be modified to take this into account, but it may be an example of the writer of the contract being a bit too clever.

Non-Disclosure Agreements: Maintaining “Utmost Secrecy”

Next we have a non-disclosure or confidentiality clause:

Confidentiality is of utmost importance and must be strictly maintained at all times.  During the course of his employment with the Company, Burglar will hear, see, learn, apprehend, comprehend, and, in short, gain knowledge of particular facts, ideas, plans, strategies, theories, geography, cartography, iconography, means, tactics and/or policies, whether actual, tangible, conceptual, historical or fanciful.  Burglar undertakes and agrees to maintain this knowledge in utmost secrecy and confidentiality, and to neither divulge nor make known said knowledge by any means, including but not limited to speech, writing, demonstration, re-enactment, mime, or storage and retrieval within means or apparatus currently known or unknown or as yet unthought of.

(It is a plain drafting error to refer to “the course of [the Burglar’s] employment with the company”, since a later clause specifies in no uncertain terms that “Burglar is in all respects an independent contractor, and not an employee … of the Company.”)

This confidentiality agreement is a little overbroad, since by its strict terms it requires Bilbo to keep confident anything he learns on the journey, not just things he learns in confidence.  The fact that information is already publicly known is usually a defense to a breach of confidentiality, since the information wasn’t actually secret.  Overbreadth probably isn’t fatal to the clause, however.

What’s really unusual about this part of the contract is that it doesn’t appear to include a clause acknowledging that monetary damages alone would be inadequate compensation in the event of a breach of confidentiality.  The purpose of such a clause is to make it easier to obtain an injunction ordering the breaching party to stop disclosing the confidential information.  Ordinarily breach of contract results in a payment of monetary damages, and getting an injunction usually requires showing, among other things, that those damages are insufficient to remedy the harm done.

What’s doubly weird about this is that the contract does have this clause later on:

Burglar acknowledges that monetary damages alone will be adequate compensation for a breach of this contract by the Company.

It’s curious that the contract only contemplates injunctions defensively (i.e. protecting the Company from them) and not offensively (i.e. making it easier to enjoin Bilbo).

Mandatory Binding Arbitration in the Dwarvish Tongue

There are also a group of clauses dealing with disputes arising under the contract. This is an important part of many contracts. If you’re going to the trouble of creating a formal legal agreement, then you might as well contemplate what might happen if the deal goes bad. Somewhat anachronistically, the contract contains an arbitration clause:

Disputes arising between the Contract Parties shall be heard and judged by an arbitrator of the Company’s choosing

I say “somewhat anachronistically” because although arbitration has a long history in the common law — going back at least as far as 1609 — it was for centuries frowned upon by the courts. One early case, Vynior’s Case, held that mandatory arbitration clauses (i.e. requiring a party to a contract to submit to arbitration) were revocable.  In other words, parties could submit to arbitration but only by ongoing, mutual agreement. It was not until the 1800s that mandatory arbitration really became acceptable in either England or the US.  See, e.g., Burchell v. Marsh, 58 U.S. 344 (1854).

The other issue is that the clause allows the Company to choose the arbitrator.  This is highly unusual and may actually invalidate the arbitration clause.  In order  to comport with due process, a mandatory arbitration agreement must, among other things, provide a neutral, impartial decision maker.  Typically this is done by allowing the parties to jointly select an arbitrator or to have an impartial third party (such as an arbitration agency) select one.

The next part of the arbitration paragraph is a rarity for an American lawyer:

… and all pleas shall be pleaded, shrewed [sic], defended, answered, debated and judged in the Dwarvish Tongue

Obviously this is a significant disadvantage for Bilbo, as he evidently cannot read (and presumably cannot speak) Dwarvish. Choice of language clauses like this one are much more common in international contracts than in contracts between parties in the United States. They are also much more common in contracts that contain arbitration agreements rather than forum selection clauses (e.g. “any disputes arising under this contract will be heard in the courts of Capital City, State X”) because in most countries the courts only deal in one official language, making a choice of language clause redundant. But when the case will go to arbitration, the chosen arbitrator could potentially speak multiple languages.

However, the most common reason for a choice of language clause is when the contract itself is translated into multiple languages for the benefit of the parties. In that case it is common for the contract to specify that one version is the “authoritative” version.

Jurisdiction: The Shire vs. the Dwarven Kingdom?

The one thing that leaps out at me about this contract is that it doesn’t contain a choice of law clause.  Such a clause allows the parties to specify what jurisdiction’s law will govern the contract. This is particularly useful when multiple jurisdictions may potentially apply. The area of the law that deals with figuring out which court has jurisdiction and which law applies is known as conflict of laws.

Conflict of laws is a complex subject. Typically it is a stand-alone course in law school. So we won’t go into too much detail here, but suffice to say that arguably both the law of the Shire and the law of the Dwarven Kingdom could conceivably apply to this contract. Some of the factors that a court might consider include:

  • The parties are a Hobbit of the Shire and a group of Dwarves.
  • The contract was signed in the Shire.
  • The contract concerns services to be performed in the Dwarven Kingdom.
  • The most likely source of the breach of the contract occurs in the Dwarven Kingdom.

Since the applicable law is debatable, this is precisely the kind of case in which a choice of law clause makes sense, so its absence is notable.

Ownership of the Ring: Specialized Equipment?

Given the clauses describing ownership of the recovered goods, one might wonder whether the Company has a claim to the One Ring.  After all, Bilbo has expressly agreed that he has only a right to 1/14th of the profits, to be paid in a form determined by the Company, and no right to the treasure itself.  So could it be that the One Ring merely forms part of the treasure?  The contract seems to indicate otherwise.

First, the contract describes the extraction of goods from the Lonely Mountain as being the subject of the Adventure, whereas the One Ring was found underneath the Misty Mountains.  Second, the contract includes this clause:

Specialist equipment required in the execution of duties in his professional role as Burglar shall be purchased, procured, purlioned [sic] or obtained by Burglar, by whatsoever method Burglar sees fit.

The One Ring is definitely “specialist equipment” and it turns out to be required in the execution of Bilbo’s duties in his professional role as Burglar. Certainly he could not have defeated the spiders, evaded the Wood Elves, or snuck past Smaug without it (possibly only the last counts as proper burgling, but the point stands).  So the Dwarves would not appear to have any claim to the One Ring.

I probably would have left out the “purloined” part, though.  That comes dangerously close to making the contract unenforceable on the grounds that the subject matter of the contract is illegal.

Closing Thoughts

One the whole, the contract is pretty well written.  There are some anachronisms, unnecessary clauses, typos, and a small number of clear drafting errors, but given the contract’s length and its role in the film (which is to say not a huge one, especially in the particulars) it’s an impressive piece of work. I congratulate prop-maker and artist Daniel Reeve on a strong piece of work.  A lesser studio or artist might have been tempted to go with several pages of lorum ipsum written in Cirth.  If you’d like an even more accurate replica of the contract, Weta’s online store has a version with hand-made touches by Mr. Reeve.

http://www.wired.com/underwire/2013/01/hobbit-contract-legal-analysis/

Publicités
Catégories : Uncategorized | Un commentaire

20 janvier 1841. Le jour où les Anglais s’emparent d’un îlot désert pour en faire Hong Kong.

Chassés de Canton par l’empereur de Chine, les Anglais abordent un îlot de pêcheurs, sous le commandement de Charles Elliot.

20 janvier 1841. Le jour où les Anglais s'emparent d'un îlot désert pour en faire Hong Kong.© Wikimedia / CCPar FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS

À l’époque, c’est vrai, Hong Kong n’est pas encore le troisième centre financier du monde, habité par 7 millions de Chinois. Ce n’est qu’une île rocheuse occupée par 2 000 pêcheurs et producteurs de charbon de bois. Aucun intérêt à première vue. D’où l’incompréhension et même la colère du gouvernement anglais lorsqu’il apprend que le capitaine Charles Elliot, envoyé pour protéger les intérêts anglais à Canton, a négocié l’acquisition de cet îlot pourri pour accueillir la nouvelle colonie britannique.

Mais Elliot a-t-il réellement le choix ? La situation est très tendue entre l’Angleterre et la Chine depuis quelques années. Les Anglais sont les Colombiens de l’époque. Les plus grands trafiquants de narcotiques de l’époque. Pour financer leurs achats de thé en Chine, la Compagnie britannique des Indes orientales y écoule des milliers de tonnes d’opium (2 600 tonnes en 1838). Il y aurait au moins deux millions de Chinois accros. L’empereur et son gouvernement veulent mettre fin à ce scandale. D’où la première guerre de l’opium en 1839. Le représentant de l’empereur dans le sud-est de la Chine interdit le commerce de l’opium et ferme pour toujours l’accès à Canton aux dealers britanniques.

« Un rocher stérile sans la moindre bicoque »

Londres répond en envoyant un corps expéditionnaire placé sous le commandement du capitaine Charles Elliot. Celui-ci ne peut rien faire d’autre que d’embarquer les Britanniques jetés hors de Canton pour les mener dans un lieu où ils attendront le dénouement de la crise. Il choisit de mettre le cap sur Macao, tenu par les Portugais. Mais le gouverneur du territoire ne tient pas à indisposer l’empereur chinois, aussi invite-t-il Elliot à passer son chemin. Celui-ci ne va pas bien loin, il se rend de l’autre côté de l’embouchure de la rivière des Perles, pour jeter l’ancre dans la rade de Hong Kong. Il s’agit d’une modeste bourgade de pêcheurs implantée sur une île qui ne porte pas de nom. L’immense atout du lieu, ce sont des eaux profondes qui permettent aux gros bateaux de jeter l’ancre. Le 20 janvier 1841, après plusieurs affrontements armés avec les Chinois, le capitaine anglais parvient à contraindre le gouverneur de la province de céder l’île de Hong Kong à la couronne britannique. C’est la convention de Chuenpi.

Elliot exulte, il a obtenu une terre d’accueil pour les marchands anglais. Mais à Londres on rit jaune. Lord Palmerston, ministre des Affaires étrangères du gouvernement britannique, est furieux, car il espérait un traité commercial avantageux pour les intérêts britanniques. Et qu’obtient-il ? « Un rocher stérile sans la moindre bicoque. » Le ministre refuse de ratifier le traité et vire Elliot de son commandement pour le remplacer par Henry Pottinger. À force de harceler les autorités chinoises, celui-ci contraint le gouverneur à signer le traité de Nankin (1842), bien plus favorable aux intérêts de la Couronne, qui néanmoins confirme la cession de l’île de Hong Kong. Le 26 juin 1843, celle-ci est élevée au rang de colonie de Sa Majesté. Lors de la deuxième guerre de l’opium, en 1860, la Chine cède la péninsule de Kowloon, située en face de l’île de Hong Kong. Et c’est parti pour une irrésistible ascension, tandis que l’incompris Charles Elliot poursuit sa carrière au Texas, aux Bermudes, puis à Sainte-Hélène… Triste fin pour l’inventeur de l’île la plus riche au monde.

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/20-janvier-1841-le-jour-ou-les-anglais-s-emparent-d-un-ilot-desert-pour-en-faire-hong-kong-20-01-2012-1421251_494.php

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Pourquoi E.T n’était vraiment pas fait pour voyager dans l’espace ?

e.t-1

 

Une étude de cas, publiée dans le très sérieux British Medical Journal (lien plus bas), a examiné la célèbre  forme de vie extraterrestre qui s’est échouée temporairement, en 1982, dans une banlieue au sud de la Californie. Après une analyse approfondie de l’anatomie macroscopique et par l’hospitalisation forcée d’E.T, le soi-disant “botaniste étranger”  a été estimé comme étant essentiellement une catastrophe médicale, présentant plusieurs maladies et pathologies médicales graves.

Il est clair que selon les critères terrestres, aucune organisation spatiale n’aurait laissé E.T aller dans l’espace.

Une liste de ses anomalies anatomiques :

  • – Probable maladie de Legg-Calvé-Perthes (formation incorrecte du fémur)
  • Lymphoedème des membres inférieurs (gonflement des jambes)
  • Adiposité centripète, syndrome métabolique possible (de la bedaine, grassouillet)
  •  Dextrocardie congénitale (non seulement son cœur s’illumine, mais il est aussi très mal fichu)
  • Déficience fonctionnelle en acétaldéhyde déshydrogénase (intoxication extrême et désorientation après l’ingestion d’une simple canette de bière)
  • Absence totale d’organes génitaux
  • Hippocratisme digital, doigts en massues/plissés (comme le gonflement bizarre au bout de son doigt remarquablement lumineux)

Après être entré en état de choc, suivi d’une crise de delirium, peut-être à cause de la malnutrition due à un régime alimentaire composé exclusivement de bière et de sucrerie à base de beurre d’arachide (Reese’s Pieces), il a fait un arrêt cardiaque et n’a pas réagi à la réanimation. Son corps a été assez rapidement placé en chambre de congélation pour empêcher les lésions au cerveau par le manque d’oxygène.

Cette préservation de la fonction cérébrale fut la clé :

E.T a effectué une exceptionnelle reprise fonctionnelle, conservant son équilibre dans le panier du vélo d’Elliott et réalisant des exploits de télékinésie en route vers le site de son éventuel départ.

Donc, si vous êtes un extraterrestre, pensez à ramener votre dossier médical, cela pourrait nous éviter de perdre du temps et de nous ruiner en recherches inutiles…

L’étude publiée sur The British Medical Journal : Case report of E.T.—The Extra-Terrestrial.

http://www.gurumed.org/2013/01/20/pourquoi-e-t-ntait-vraiment-pas-fait-pour-voyager-dans-lespace/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : | Poster un commentaire

PROJET CONCERNANT DE NOUVEAUX SIGNES POUR LA MUSIQUE

Par JEAN JACQUES ROUSSEAU

Ce projet tend à rendre la Musique plus commode à noter, plus aisées à apprendre & beaucoup moins diffuse.

Il paroît étonnant que les signes de la Musique étant restés aussi long-tems dans l’état d’imperfection où nous les voyons encore aujourd’hui, la difficulté de l’apprendre n’ait pas averti le public que c’etoit la faute des caracteres & non pas celle de l’art. Il est vrai qu’on a donne souvent des projets en ce genre, mais de tous ces projets qui, sans avoir les avantages de la Musique ordinaire en avoient presque tous les inconvéniens, aucun que je fâche, n’a jusqu’ici touche le but, soit qu’une pratique trop superficielle ait fait échouer ceux qui l’ont voulu considérer théoriquement, soit que le génie étroit & borne des Musiciens ordinaires les ait empêché d’embrasser un plan général & raisonne, & de sentir les vrais inconvéniens de leur art de la perfection actuelle duquel d’ailleurs pour l’ordinaire très entêtés.

Cette quantité de lignes, de clefs, de transpositions, de dièses, de bémols, de bécarres, de mesures simples & composées, de rondes, de blanches, de noires, de croches, de doubles, de triples-croches, de pauses, de demi-pauses, de soupirs, de demi-soupirs, de quarts-de-soupirs, &c. donne une foule de signes & de combinaisons, d’ou résultent deux inconvéniens principaux, l’un d’occuper un trop grand & l’autre de surcharger la mémoire des écoliers, de façon que l’oreille étant formée, & les organes ayant acquis toute la facilite nécessaire long-tems avant qu’on soit en etat de chanter a livre ouvert, il s’ensuit que la: difficulté est toute dans l’observation des regles & non dans l’exécution du chant.

Le moyen, qui remédiera à l’un de ces inconvéniens, remédiera aussi a l’autre; & des qu’on aura inventé de signes équivalens, mais plus simples & en moindre quantité, ils auront par-la même plus de précision & pourront exprimer autant de choses en moins d’espace.

Il est avantageux outre cela que ces signes soient déjà connus, afin que l’attention soit moins partagée, & faciles a figurer afin de rendre la Musique plus.commode.

Il faut pour cet effet considérer deux objets principaux chacun en particulier. Le premier doit être l’expression de tous les sons possibles; & l’autre, celle de toutes les différentes durées, tant des sons que de leurs silences relatifs, ce qui comprend aussi la différence des mouvemens.

Comme le Musique n’est qu’un enchaînement de sons qui se sont entendre ou tous ensemble, ou successivement; il suffit que tous ces sons aient des expressions relatives qui leur assignent a chacun la place qu’il doit occuper par rapport a un certain son fondamental, pourvu que ce son soit nettement exprime, & que la relation soit facile a connoître. Avantages que n’a déjà point la Musique ordinaire, ou le son fondamental n’a nulle évidence particuliere, & ou tous les rapports des notes ont besoin d’être long-tems étudies.

Prenant ut pour ce son fondamental, auquel tous les autres doivent se rapporter, & l’exprimant par le chiffre 1, nous aurons a sa suite l’expression des sept sons naturels, ut re mi fa sol la si par les 7 chiffres, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, de façon que tant que le chant roulera dans l’étendue des sept sons, il suffira de les noter chacun par son chiffre correspondant, pour les les exprimer tous sans équivoque.

Mais quand il est question de sortir de cette étendue pour passer dans d’autres Octaves, alors cela forme une nouvelle difficulté.

Pour la résoudre, je me sers du plus simple de tous les signes, c’est-à-dire, du point. Si je sors de l’Octave par laquelle j’ai commence, pour faire une note dans l’étendue de l’Octave qui est au-dessus & qui commence a l’ut d’en haut, alors je mets un point au-dessus de cette note par laquelle je sors de mon Octave, & ce point une fois place, c’est un indice que, non-seulement la note sur laquelle il est, mais encore toutes celles qui la suivront sans aucun signe qui le détruise, devront être prises dans l’étendue de cette Octaves supérieure ou je suis entre.

Au contraire si je veux passer a l’Octave qui est au-dessous de celle ou je me trouve, alors je mets le point sous la note par laquelle j’y entre. En un mot, quand le point est sur la note; vous passez dans l’Octave supérieure; s’il est au-dessous vous passez dans l’inférieure, & quand vous changeriez d’Octave a chaque note, ou que vous voudriez monter ou descendre de deux ou trois Octaves tout d’un coup ou successivement, la regle est toujours générale, & vous n’avez qu’a mettre autant de points au-dessous que ou vous avez d’Octaves a descendre ou a monter.

Ce n’est pas a dire qu’a chaque point vous montiez ou descendiez d’une Octave, mais a chaque point vous passez dans une Octave différente de celle ou vous êtes par rapport au son fondamental ut d’en-bas, lequel ainsi se trouve bien dans la même Octave en descendant diatoniquement, mais non pas en montant. Sur quoi il faut remarquer que je ne me sers du mot d’Octave qu’abusivement & pour ne pas multiplier inutilement les termes, parce que proprement cette étendue n’est composée que de notes, l’1 d’en haut qui commence une autre Octave n’y étant pas compris.

Mais cet ut qui par la transposition doit toujours être le nom de la tonique dans les tons majeurs & celui de la médiante dans les tons mineurs, peut, par conséquent, être pris sur chacune des douze cordes du système chromatique; & pour la designer, il suffira de mettre a la marge le chiffre qui exprimeroit cette corde sur le clavier dans l’ordre naturel; c’est-à-dire, que le chiffre de la marge qu’on peut appeller la clef, désigne la touche dit clavier qui doit s’appeller ut & par conséquence être tonique dans les tons majeurs & médiante dans les mineurs. Mais a le bien prendre, la connoissance de cette clef n’ont que pour les instrumens, 7 ceux qui chantent n’ont pas besoin d’y faire attention.

Par cette méthode, les mêmes noms sont toujours conserves aux mêmes notes: c’est-à-dire, que l’art de solfier toute Musique possible consiste précisément a connoître sept caracteres uniques & invariables qui ne changent jamais ni de nom ni de position, ce qui me paroît plus facile que cette multitude de transpositions & de clefs qui, quoi qu’ingénieusement inventées, n’en sont pas moins le supplice des commençans.

Une autre difficulté qui naît de l’étendue du clavier & des différentes Octaves ou le ton peut être pris, se résout avec la même aisance.On conçoit le clavier divise par Octaves depuis la premiere tonique; la plus basse Octave s’appelle A, la seconde B, la troisieme C, &c. de façon qu’écrivant au commencement d’un air la lettre correspondante a l’Octave dans laquelle se trouve la premiere note de cet air, sa position précise est connue, & les points vous conduisent ensuite par-tout sans équivoque. De-la, découle encore généralement & sans exception le moyen d’exprimer les rapports & tous les intervalles tant en montant qu’en descendant des reprises & des rondeaux, comme on le verra détaille dans mon grand projet.

La corde du ton, le mode (car je le distingue aussi) & l’Octave étant ainsi bien désignés, il faudra se servir de la transposition pour les instrumens comme pour la voix, ce qui n’aura nulle difficulté pour les Musiciens instruits, comme ils doivent l’être, des tons & des intervalles naturels a chaque mode, & de la maniere de les trouver sur leurs instrumens: il en résultera, au contraire, cet avantage important, qu’il ne sera pas plus difficile de transporter toutes sortes d’airs, un demi-ton ou un ton plus haut ou plus bas, suivant le besoin, que de les jouer sur leur ton naturel, ou, s’il s’y trouve quelque peine, elle dépendra uniquement de l’instrument & jamais de la note qui, par le changement d’un seul signe, représentera le même air sur quelque ton l’on veuille proposer; de sorte, enfin, qu’un Orchestre entier sur un simple avertissement du maître, exécuteroit sur le champ en mi ou en sol une piece notée en sa, en la, en si bémol ou en tout autre ton imaginable; chose impossible a pratiquer dans la Musique ordinaire & dont l’utilité se fait assez sentir a ceux qui fréquentent les Concerts. En général, ce qu’on appelle chanter & exécuter au naturel, est peut-être ce qu’il y a de plus mal imagine dans la Musique: Car si les noms des notes ont quelque utilité réelle, ce ne peut être que pour exprimer certains rapports, certaines affections déterminées dans les progressions des sons. Or, des que le ton change, les rapports des sons & la progression changeant aussi, la raison dit qu’il faut de même changer les noms des notes en les rapportant par analogie au nouveau ton; sans quoi l’on renverse le sens des noms & l’on ôte aux mots le seul avantage qu’ils puissent avoir, qui est d’exciter d’autres idées avec celles des sons. Le passage du mi au fa, ou du si a l’ut excite naturellement dans l’esprit du Musicien l’idée, du demi-ton. Cependant si l’on est dans le ton de si ou dans celui de mi, l’intervalle du si à l’ut, ou du mi au fa est toujours d’un ton & jamais d’un demi-ton. Donc au lieu de conserver des noms qui trompent l’esprit & qui choquent l’oreille exercée par une différente habitude, il est important de leur en appliquer d’autres dont le sens connu, au lieu d’être contradictoire, annonce les intervalles qu’ils doivent exprimer. Or, tous les rapports des sons du système diatonique se trouvent exprimes dans le majeur, tant en montant qu’en descendant, dans l’Octave comprise entre deux ut, suivant l’ordre naturel, & dans le mineur, dans l’Octave comprise entre deux la, suivant le même ordre en descendant seulement. Car, en montant, le mode mineur est assujetti a des affections différentes qui présentent de nouvelles réflexions pour la théorie, lesquelles ne sont pas aujourd’hui de mon sujet, & qui ne sont rien au système que je propose.

J’en appelle a l’expérience sur la peine qu’ont les écoliers à entonner par les noms primitifs des airs qu’ils chantent avec toute la facilite du monde, au moyen de la transposition, pourvu toujours qu’ils aient acquis la longue & nécessaire habitude de lire les bémols & les dièses des clefs qui sont avec leurs huit positions, quatre-vingt combinaisons inutiles & toutes retranchées par ma méthode.

Il s’ensuit de-là, que les principes qu’on donne pour jouer des instrumens, ne valent rien du tout, & je suis sur qu’il n’y a pas un bon Musicien qui, après avoir prélude dans le ton ou il doit jouer, ne faite plus d’attention dans son jeu au degré du ton ou il se trouve, qu’au dièse ou au bémol qui l’affecte. Qu’on apprenne aux écoliers a bien connoître les deux modes & la disposition régulière des sons convenables a chacun, qu’on les exerce a préluder en majeur & en mineur sur tous les sons de l’instrument, chose qu’il faut toujours savoir, quelque méthode qu’on adopte. Alors qu’on leur mette ma musique entre les mains, j’ose répondre qu’elle ne les embarrassera pas un quart-d’heure.

On seroit surpris si l’on faisoit attention a la quantité de Livres & de préceptes qu’on a donnes sur la transposition; ces gammes, ces échelles, ces clefs supposées sont le fatras le plus ennuyeux qu’on puisse imaginer, & tout cela, faute d’avoir fait cette réflexion très-simple que, des que la corde fondamentale du ton est connue sur le clavier naturel, comme tonique, c’est-à-dire, comme ut ou la, elle détermine seule le rapport & le ton de toutes les autres notes, sans égard a l’ordre primitif.

Avant que de parler des changemens de ton, il faut expliquer les altérations accidentelles des sons qui s’y présentent a tout moment.

Le dièse s’exprime par une petite ligne qui croise la note en montant de gauche a droite. Sol diésé, par exemple, s’exprime ainsi X, fa diésé ainsi 4. Le bémol s’exprime aussi par une semblable ligne qui croise la note en descendant XXX & ces signes plus simples que ceux qui sont en usage, servent encore a montrer a l’œil le genre d’altération qu’il causent.

Le bécarre n’a d’utilité que par le mauvais choix du dièse & du bémol, & des que les signes qui les expriment seront inhérens a la note, le bécarre deviendra entièrement superflu: je le retranche donc comme inutile; je le retranche encore comme équivoque, puisque les Musiciens s’en servent souvent en deux sens absolument opposes, & laissent ainsi l’ecolier dans une incertitude continuelle fur son véritable effet.

A l’égard des changemens de ton, soit pour passer du majeur au mineur, ou d’une tonique a une autre, il n’est question que d’exprimer la premiere note de ce changement, de maniere a représenter ce qu’elle etoit dans le ton d’ou l’on sort, & ce qu’elle est dans celui ou l’on entre, ce que l’on fait par une double note séparée par une petite ligne horizontale comme dans les fractions, le chiffre qui est au-dessus exprime la note la note dans le ton d’ou l’on sort, & celui de dessous représente la même note dans le ton ou l’on entre: en un mot le chiffre inférieur indique le nom de la note, & le chiffre supérieur sert a en trouver le ton.

Voilà pour exprimer tous les sons imaginables en quelque ton que l’on puisse être ou que l’on veuille entrer. Il faut passer à présent à la seconde partie qui traite des valeurs des notes & de leurs mouvemens.

Les Musiciens reconnoissent au moins quatorze mesures différentes dans la Musique: mesures dont la distinction brouille l’esprit des écoliers pendant un tems infini. Or je soutiens que tous les mouvemens de ces différentes mesures se réduisent uniquement à deux; savoir, mouvement à deux tems & mouvement à trois tems; & j’ose défier l’oreille la plus fine d’en trouver de naturels qu’on ne puisse exprimer avec toute la précision possible par l’une de ces deux mesures. Je commencerai donc par faire main-basse sur tous ces chiffres bizarres, réservant seulement le deux & le trois, par lesquels, comme on verra tout-à-l’heure, j’exprimerai tous les mouvemens possibles. Or, afin que le chiffre qui annonce la mesure ne se confonde point avec ceux des notes, je l’en distingue en le faisant plus grand & en le séparant par une double ligne perpendiculaire.

Il s’agit à présent d’exprimer les tems & les valeurs des notes qui les remplissent.

Un défaut considérable dans le Musique est de représenter comme valeurs absolues, des notes qui n’en ont de relatives, ou du moins d’en mal appliquer les relations: car il est sur que la durée des rondes, des blanches, noires, croches, &c. est déterminée, non par la qualité de la note, mais par celle de la mesure ou elle se trouve, de-la vient qu’une noire dans une certaine mesure passera beaucoup plus vite qu’une croche dans une autre; laquelle croche ne vaut cependant que la moitié de cette noire; & de-la vient encore que les Musiciens de province, trompes par ces faux rapports, donneront aux airs des mouvemens tout differens de ce qu’ils doivent être en s’attachant scrupuleusement à la valeur absolue des notes, tandis qu’il faudra quelquefois passer une mesure à trois tems simples, beaucoup plus vite qu’une autre à trois-huit, ce qui dépend du caprice du Compositeur, & de quoi les opéra présentent des exemples à chaque instant.

D’ailleurs, la division sous-double des notes & de leurs valeurs, telle qu’elle établie, ne suffit pas pour tous les cas, & si, par simple, je veux passer trois notes égales dans un tems d’une mesure à deux, à trois ou à quatre, il faut, ou que le Musicien le devine, ou que je l’en instruise par un signe etranger qui fait exception a la regle.

Enfin, c’est encore un autre inconvénient de ne point séparer les tems; il arrive de-la que dans le milieu d’une grande mesure, l’ecolier ne fait ou il.en est, sur-tout lorsque, chantant le vocal, il trouve une quantité de croches & de doubles-croches détachées, dont il faut qu’il fasse lui-même la distribution.

La séparation de chaque tems par une virgule, remédie a tout cela avec beaucoup de simplicité; chaque tems compris entre deux virgules contient une note ou plusieurs; s’il ne comprend qu’une note, c’est qu’elle remplit tout, ce tems-là, & cela ne fait pas la moindre difficulté. Y a-t-il plusieurs notes comprises dans chaque tems, la chose n’est pas plus difficile. Diverses ce tems en autant de parties égales qu’il comprend de notes, appliquez chacune de ces parties a chacune de ces notes & passez-les de sorte que tous les tems soient égaux.

Les notes dont deux égales rempliront un tems, s’appelleront des demis; celles dont il en, faudra trois, des tiers, celles dont il en faudra quatre, des quarts, &c.

Mais lorsqu’un tems se trouve partage, de forte que toutes les notes n’y sont pas d’égale valeur, pour représenter, par exemple, dans un seul tems une noire & deux croches, je considère ce tems comme divise en deux parties égales, dont la noire fait la premiere, & les deux croches ensemble la seconde; je les lie donc par une ligne droite que je place au-dessus ou au-dessous d’elles, & cette ligne marque que tout ce qu’elle embrasse ne représente qu’une seule note, laquelle doit être subdivisée en deux parties égales, ou en trois, ou en quatre, suivant le nombre des chiffres qu’elle couvre, &c.

Si l’on a une note qui remplisse seule une mesure entiere, il suffit de la placer seule entre les deux lignes qui renferment la mesure, & par la même regle que je viens d’établir, cela signifie que cette note doit durer toute la mesure entiere.

A l’égard des tenues, je me sers aussi du point pour les exprimer; mais d’une maniere bien plus avantageuse que celle qui est en usage: car, au lieu de lui faire valoir précisément la moitié de la note qui le précédé, ce qui ne fait qu’un cas particulier, je lui donne, de même qu’aux notes, une valeur qui n’est déterminée que par la place qu’il occupe, c’est-à-dire, que si le point remplit seul un tems ou une mesure, le son qui a précédé doit être aussi soutenu pendant tout ce tems ou toute cette mesure; & si le point se trouve dans un tenus avec d’autres notes, il fait nombre aussi bien qu’elles, & doit être compte pour un tiers ou pour un quart, suivant le nombre de notes que renferme ce tems-là en y comprenant le point.

Au reste, il n’est pas a craindre, comme on le verra par les exemples, que ces points se confondent jamais avec ceux qui servent a changer d’Octaves, ils en sont trop bien distingues par leur position pour avoir besoin de l’être par leur figure; c’est pourquoi j’ai négligé de le faire, évitant avec soin de me servir de signes extraordinaires, qui distrairoient l’attention & n’exprimeroient rien de plus que la simplicité des miens.

Les silences n’ont besoin que d’un seul signe. Le zéro paroît le plus convenable, & les regles que j’ai établies, a l’égard des notes étant toutes applicables à leurs silences relatifs, il s’ensuit que le zéro, par sa seule position & par les points qui le peuvent suivre, lesquels alors exprimeront des silences, suffit seul pour remplacer toutes les pauses, soupirs, demi-soupirs & autres signes bizarres & superflus qui remplissent la musique ordinaire.

Voilà les principes généraux d’ou découlent les regles pour toutes sortes d’expressions imaginables, sans qu’il puisse naître a cet égard aucune difficulté qui n’ait été prévue & qui ne soit résolue, en conséquence de quelqu’un de ces principes.

Ce système renferme, sans contredit, des avantages essentiels par dessus la méthode ordinaire.

En premier lieu. La musique sera du double & du triple plus aisée a apprendre.

1. Parce qu’elle contient beaucoup moins de signes.

2. Parce que ces signes sont plus simples.

3. Parce que sans autre étude, les caracteres mêmes des notes y représentent leurs intervalles & leurs rapports, au lieu que ces rapports & ces intervalles sont très-difficiles à trouver & demandent une grande habitude par la musique ordinaire.

4. Parce qu’un même caractere ne peut jamais avoir qu’un même nom, au lieu que dans le systême ordinaire chaque position peut avoir sept noms différens sur chaque clef, ce qui cause une confusion dont les écoliers ne se tirent qu’a force de tems, de peine & d’opiniâtreté.

5. Parce que les tems y sont mieux distingues que dans la musique ordinaire, & que les valeurs des silences & des notes y sont déterminées d’une maniere plus simple & plus générale.

6. Parce que le mode étant toujours connu, il est toujours aise de préluder & de se mettre au ton: ce qui n’arrive pas dans la musique ordinaire, ou souvent les écoliers s’embarrassent ou chantent faux, faute de bien connoître le ton ou ils doivent chanter.

En second lieu, la musique en est plus commode & plus aisée a noter, occupe moins de volume; toute sorte de papier y est propre, & les caracteres de l’imprimerie suffisant pour la noter, les compositeurs n’auront plus besoin de faire de si grands frais pour la gravure de leurs, pieces; ni les particuliers pour les acquérir.

Enfin les compositeurs y trouveroient encore cet autre avantage non moins considérable, qu’outre la facilite de la note, leur harmonie & leurs accords seroient connus par la seule inspection des signes & sans ces sauts d’une clef a l’autre, qui demandent une habitude bien longue, & que plusieurs n’atteignent jamais parfaitement.

http://www.rousseauonline.ch/Text/projet-concernant-de-nouveaux-signes-pour-la-musique.php

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Tolkien, la création spéculaire

par Alexis Brocas

Nains, elfes, semi-hommes, les créatures de Tolkien créent à leur tour des œuvres fictives, qui résonnent toutes différemment, mais toutes harmonieusement, avec l’œuvre réelle qui les contient.

«Arda», «le Royaume» en elfe Sindarin. Ce nom mélodieux – ou plutôt phonesthétique, pour reprendre la terminologie de son inventeur – désigne le monde élaboré par Tolkien, avec ses continents, ses peuples elfes, humains, hobbits et nains, leurs langues, culture et œuvres. Un monde qui illustre de façon spectaculaire les pouvoirs de sublimation propre à la littérature : aussi vaste et détaillé qu’il soit, aussi ancien qu’il paraisse, ce monde est né d’un esprit contemporain, et porte la marque de ses passions, goûts, croyances et tempérament. Cet esprit, contrairement à l’image que tend à accréditer son biographe Humphrey Carpenter, ne vivait pas dans son monde imaginaire qu’il aurait fini par tenir pour réel. Arda est l’œuvre d’un créateur conscient, comme tend à l’indiquer la profonde cohérence qui relie les textes entre eux. Elle tient à l’historicité et au patient travail d’harmonisation mené par Tolkien. Mais aussi à la répétition de certains motifs qui, par leur tonalité mythologique, en disent autant sur le monde de Tolkien que sur le nôtre.

Ainsi, la Genèse fictive dont Tolkien dote son univers et les réalisations artistiques de ses peuples et entités inventées éclairent chacune différemment son travail créatif. Il ne s’agit pas de dire que Tolkien aurait disséminé des éléments de sa conception de la littérature dans les œuvres des nains, elfes ou Ainurs, plutôt de montrer comment ces œuvres fictives résonnent harmonieusement avec l’œuvre réelle qui les contient, et avec la manière de Tolkien.

Avant Arda, vient son créateur, Eru Illúvatar, dieu unique. Tolkien nous conte son ouvrage dans l’Ainulindalë : «Il y eut d’abord Eru, le premier, qu’en Arda on appela Illúvatar ; il créa d’abord les Ainur, les Bénis, qu’il engendra de sa pensée (…) Alors Illuvatar leur parla : “De ce thème que j’ai proclamé devant vous, je souhaite maintenant que tous ensemble, harmonieusement, nous fassions une Grande Musique”.» Et de cette grande musique collective, Illúvatar  fera naître l’univers… Or, le Silmarillion, le premier projet littéraire de Tolkien, devait se présenter lui-même comme une compilation de textes de traditions diverses dont les recoupements auraient permis au lecteur de se représenter l’antiquité d’un monde. Comme dans la création d’Arda, où les Ainur, ces «dieux secondaires» participent chacun à l’élaboration du cosmos, plusieurs auteurs (fictifs) devaient donc participer à un ensemble, ceci en vue d’atteindre une vision première.

La question de la correspondance de l’œuvre à la vision initiale préoccupe Tolkien. Ainsi décrit-il l’art des elfes : «Leur “magie” est l’art délivré de beaucoup de ses limites humaines : plus aisé, plus rapide, plus achevé (la vision et la réalisation en correspondance parfaite)» (Lettre à Milton Waldman). Un rêve d’artiste aussi familier des fulgurances (la première phrase du Hobbit fut rédigée pour remplir une copie rendue blanche par un élève) que des patientes réécritures.

Avant de nous informer sur Tolkien, l’art des elfes nous parle de ses auteurs, eux aussi «délivrés de beaucoup de (nos) limites humaines». Ces elfes, parus aux premiers âges du monde, ont pour destin est «d’être immortels, d’aimer la beauté du monde de l’aider à se révéler pleinement grâce à leur délicatesse et leur perfection innée, de durer tant qu’il dure, de ne jamais l’abandonner même quand ils sont massacrés». Autrement dit, comme l’art elfique est un idéal de l’art humain, les elfes sont une «correction», de l’homme. Son image avant la chute – plus beaux, braves, attentif à la nature, rêvant d’étranges songes éveillés, mais capables d’égarements. Et évidemment, leurs aptitudes esthétiques et créatives, leur tension vers un absolu divin évoquent la passion de l’harmonie chez Tolkien – notamment entre sens et son.

Ajoutons que les elfes eux-mêmes représentent une des plus belles inventions de Tolkien : leur charisme séduit à la fois le lecteur et les personnages («Moi, aller voir des elfes et tout ? Hourra !» s’écrie le hobbit Sam au début du Seigneur des Anneaux). Tolkien les a notamment construits dans un rejet de la vision légère qu’en donne Shakespeare dans Le songe d’une nuit d’été, et une adhésion à l’ancienne signification du terme – telle que l’emploie Spenser dans le poème épique La Reine des Fées (1590). Sur ce plan, le processus de réhabilitation s’est révélé efficace : non seulement les elfes, autant que le dragon, apparaissent comme les ambassadeurs métonymiques de l’œuvre de Tolkien, mais l’image qu’il en donne semble avoir supplanté – si l’on en croit les représentations de l’Elfe dans la culture populaire — celles d’Obéron et de son épouse Titania.

Si les elfes apparaissent comme une «correction» de l’homme, les nains semblent une contrefaçon – une heureuse contrefaçon, qui éclaire l’ensemble de la création selon une tout autre perspective. Le mythe relatant leur naissance frappe, là encore, par la profondeur de ses résonances – bibliques, littéraires, spéculaires… Il met en scène Aulë, un de ces fameux Ainurs créé par le Dieu premier. Un bâtisseur qui, en attendant la venue au monde des elfes et des hommes, se crée, selon l’image qu’il s’en fait, des apprentis. En somme, il usurpe un des privilèges du Dieu premier, lequel vient le lui reprocher. Éperdu de remords, Aulë s’apprête à écraser sous son marteau ses créatures. Et pris de pitié, Illuvatar suspend son geste, donne aux nains la vie indépendante qu’Aulë n’avait pu leur insuffler, et commande qu’ils reposent avant la venue des premiers-nés. Voilà la création imprévue d’Aulë intégré à la création première, comme une histoire apparue tardivement peut être intégrée à une œuvre préméditée sans la troubler, si elle advient au bon moment. Ainsi du Seigneur des Anneaux, que Tolkien écrivit sur l’insistance de ses éditeurs, comme «s’(il) s’était concentré sur un détail (la découverte d’un anneau) dans un vaste ensemble », comme l’écrit Vincent Ferré dans Sur les rivages de la Terre du Milieu. Et ainsi peut-être du nain lui-même, que Tolkien range, dans ses premiers textes, du côté du mal et de la dénaturation avant de fixer sa nature dans le Silmarillion : «Durs comme le roc, obstinés, prompts à l’amitié comme à l’hostilité, et ils résistent mieux à la peine, à la faim, à la souffrance que tous les êtres parlants. Et ils vivent longtemps, plus longtemps que les humains, sans atteindre la vie éternelle». En découle leur art, caractérisé par de vastes architectures souterraines où résonnent de profonds échos (la Moria du Seigneur des Anneaux, le Royaume sous la montagne du Hobbit). Telle l’œuvre de Tolkien, patiemment construite où le texte repose sur un réseau de sous-textes.

Les humains, les «Successeurs» apparaissent avec le soleil en des temps déjà troublés. Au contraire des nains et des elfes, ils ne disposent pas de qualités propres, sinon leur mortalité, ce don qui les tourmente. Capables d’orgueil comme de loyauté, ces hommes sont nos reflets – et c’est aussi à travers eux que la  fiction de Tolkien éclaire notre monde. Tel le récit de la chute du royaume de Númenor contenu dans l’Akallabêth : il montre l’homme parvenu à son acmé, ivre de sa propre puissance et trompé par Sauron, transgressant un interdit divin et tentant de conquérir l’immortalité. Les réalisations de  Númenor, en cette époque tardive, ne se caractérisent plus par l’harmonie initiale («ils écrivirent des lettres (…) dans lesquelles ils consignèrent maintes choses sages et merveilleuses») mais par la démesure («ils inventaient des machines et construisaient des navires toujours plus grands»).  Or, la question de la démesure n’est pas étrangère à Tolkien. («(…) Un projet d’une telle démesure ne s’est pas développé tout d’un coup», écrit-il à propos du Silmarillion) et de même la tentation de s’arroger un privilège divin («le subcréateur souhaite être le Seigneur et Dieu de sa création personnelle»). Númenor porte l’empreinte de l’Atlantide, de la Tour de Babel – il connaîtra un châtiment semblable-  et de la prétention de Tolkien à édifier un monde entier avec ses peuples et ses langues.

Les hobbits viennent injecter un peu d’humilité à ce monde de hautes aspirations. Leur surnom « semi-hommes », dit leur parenté avec l’espèce humaine, et le peu de considération dans laquelle on les tient. Réputés pour leurs pieds cornés, leur petite taille, leur appétit (jusqu’à sept repas par jour) et leur discrétion, les hobbits représentent «le héros malgré lui» (Dictionnaire Tolkien). «Mon Sam Gamegie  est en fait un décalque du soldat anglais», écrivit l’auteur (cité par Humphrey Carpenter). Le Hobbit est celui qui met l’aventure au niveau du lecteur. Au sens le plus littéral du terme puisque Tolkien, dans l’avant-propos de la première édition du Seigneur des anneaux, se présente comme «le rapporteur d’une ancienne tradition hobbite issue de ce Livre Rouge de la Marche de l’Ouest, dont il attribue la composition à Bilbo et Frodo Bessac, ainsi qu’à Sam Gamegie» (dictionnaire Tolkien). Et ainsi le corpus tolkienien trouve un autre reflet à l’intérieur de lui-même.

http://www.magazine-litteraire.com/actualite/tolkien-creation-speculaire-07-01-2013-60436

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Un voyage vers Mars favoriserait, notamment, la maladie d’Alzheimer.

human-sur-Mars

Il n’y que dans certains films de science-fiction que les radiations peuvent engendrer de nouvelles facultés extraordinaires, malheureusement dans la cruelle réalité de notre espace il en est bien autrement…

De récentes recherches menées par une équipe de l’Université de Rochester (New York), qui ont mené une série d’expériences, suggèrent que l’exposition aux radiations de l’espace pourrait accélérer l’apparition de la maladie d’Alzheimer pour les malheureux voyageurs.

Selon le chercheur principal, M. Kerry O’Banion, le rayonnement cosmique galactique représente une menace importante pour les futurs astronautes. La possibilité que l’exposition aux radiations dans l’espace puisse donner lieu à des problèmes de santé tels que le cancer est reconnu depuis longtemps. Cependant, cette étude montre pour la première fois que l’exposition à des niveaux de rayonnement équivalant à une mission vers Mars pourrait entrainer des problèmes cognitifs et accélérer les changements dans le cerveau qui sont associés à la maladie d’Alzheimer.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont exposé des souris, avec des délais connus pour un développement de la maladie d’Alzheimer, à de faibles niveaux de rayonnement auxquels les astronautes seraient exposés lors de leur parcours dans l’espace. Les souris ont ensuite été soumises à des tests mesurant leur mémoire et leurs capacités cognitives. Les souris qui ont été exposées à des radiations ont présenté une importante déficience cognitive.

Les souris ont également montré des signes physiques de dégénérescence. L’examen de leur cerveau a montré des différences de débit sanguin dans celui-ci. En outre, les souris exposées à des rayonnements présentaient de plus grandes plaques du type observé chez les patients atteints d’Alzheimer.

Ci-dessous, tirée de l’étude : une section de tissus neuro-vasculaire de souris observée au microscope (20x), à gauche sans radiation; à droite : soumis à 100 cGy d’irradiation à des particules de fer. (Jonathan D. Cherry et al.)

tissu-neurovasculaire-rat-espace

Selon O’Banion :

Ces résultats montrent clairement que l’exposition au rayonnement dans l’espace a le potentiel pour accélérer le développement de la maladie d’Alzheimer. C’est encore un autre facteur que la NASA, qui est clairement préoccupée par les risques pour la santé de ses astronautes, devra prendre en compte pour ses futures missions.

Ce ne sera pas un problème facile à résoudre. Le rayonnement, que les chercheurs ont utilisé dans leurs tests, est composé de particules hautement chargées en fer, qui sont relativement communes dans l’espace. En raison de leur taille et de l’énergie, ces particules peuvent passer à travers les parois d’un vaisseau spatial. Se protéger de ce rayonnement ne sera pas une tâche facile.

O’Banion :

Il faudrait essentiellement envelopper un vaisseau spatial dans un bloc de plomb ou de béton de 2 mètres d’épaisseur.

L’étude publiée sur PlosOne : Galactic Cosmic Radiation Leads to Cognitive Impairment and Increased Aβ Plaque Accumulation in a Mouse Model of Alzheimer’s Disease.

http://www.gurumed.org/2013/01/03/un-voyage-vers-mars-favoriserait-notamment-la-maladie-dalzheimer/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Trois royaumes se disputent un empire

208 DE NOTRE ERE. LA CHINE DISLOQUEE. Brisant le dogme qui voulait que l’empire soit uni et centralisé, trois chefs de guerre scindent le territoire et se proclament Fils du Ciel. Un coup d’Etat sanglant met fin à cette partition.


Portrait de Kuang Wu Ti, Dynastie Han - E.R.L/SIPA

Portrait de Kuang Wu Ti, Dynastie Han - E.R.L/SIPA
Par DAMIEN CHAUSSENDE*
Vers la fin du IIe siècle de notre ère, sous la dynastie des Han, l’autorité de l’empereur ne cesse de s’affaiblir. Profitant de cette situation, des chefs de guerre locaux se taillent des territoires autonomes, et la soldatesque ravage le pays, en proie à d’innombrables batailles, razzias ou insurrections, le tout sur fond de mouvements religieux millénaristes, tel celui des turbans jaunes de 184 qui n’hésite pas à s’attaquer à l’empereur lui-même.Graduellement, trois généraux prennent le pas sur les autres, chacun se prétendant le véritable défenseur de l’empire Han en danger. L’un d’entre eux, le célèbre Cao Cao (Ts’ao Ts’ao), jouit d’un avantage symbolique : il dispose à ses côtés de l’empereur légitime des Han, souverain fantoche certes, mais paré du prestige impérial. Redoutable stratège, Cao Cao parvient en une vingtaine d’années à unifier tout le nord du pays, mais se heurte en 208 à la coalition des deux autres chefs, Sun Quan et Liu Bei, qui, lors de la bataille fluviale de la Falaise rouge, brisent ses prétentions méridionales.Ce combat est si profondément ancré dans la mémoire chinoise qu’il a été porté à l’écran par le réalisateur John Woo, dans sa vaste épopée cinématographique les Trois Royaumes, en 2008.

UNE SITUATION IDÉOLOGIQUEMENT INTOLÉRABLE

Dès lors, pour la première fois de son histoire, mais pas la dernière, l’empire se disloque et se trouve scindé en trois ; en 220, le fils de Cao Cao met officiellement un terme à la dynastie des Han : il contraint le dernier souverain à l’abdication, se proclame Fils du Ciel (c’est-à-dire empereur) et fonde une nouvelle dynastie, les Wei.Les deux autres chefs ne tardent pas à suivre le même chemin et fondent eux aussi leur propre dynastie impériale. Il y a maintenant trois empereurs en Chine, chacun établi dans un centre économique et stratégique : Luoyang au nord (royaume de Wei), Nankin au sud-est (royaume de Wu) et Chengdu à l’ouest (royaume de Shu).La situation est intolérable sur le plan idéologique, car l’idée impériale d’unité et de centralisation, un legs du premier empereur, demeure la norme. Dans ce système, il ne peut y avoir qu’un seul Fils du Ciel. Pendant une quarantaine d’années, les Trois Royaumes tentent par tous les moyens de s’annexer les uns les autres.

L’unification a finalement bien lieu, elle n’est cependant pas le fait de l’un de ces trois Etats. Elle est l’aboutissement d’un coup d’Etat particulièrement sanglant ourdi dans le royaume de Wei par un militaire du nom de Sima Yi (179-251).

Ce dernier avait été, au début de sa carrière, un franc partisan des Cao. Il fut très proche du fils de Cao Cao – le fondateur officiel des Wei – puis de son successeur, qui tous deux le nommèrent régent ou corégent à leur mort. C’est également un général au grand prestige militaire, puisque, en 238, il a annexé dans le Nord-Est une région sécessionniste depuis plus de cinquante ans. Cependant, revenu à la cour, il se heurte à l’hostilité d’une partie du clan Cao, notamment celle du régent, qui voit d’un mauvais œil cet ambitieux général.

Pendant quelques années, Sima Yi reste en retrait, mais il sait qu’il dispose d’un réseau de soutiens très important : étant le patriarche du clan Sima – il est septuagénaire lors de son coup d’Etat -, dépositaire de l’autorité familiale, il a pendant plusieurs dizaines d’années noué diverses alliances en mariant ses enfants et petits-enfants aux membres des plus grands clans de l’époque. En outre, bien que militaire, il se présente comme un défenseur du confucianisme le plus traditionnel, doctrine alors mise en danger par un courant néotaoïste en vogue à la cour des Wei ; cela lui assure donc le soutien de clercs et d’intellectuels.

En 249, sentant l’heure venue, Sima Yi profite d’une sortie officielle de l’empereur et du régent pour déclencher son putsch : il se rend maître de la capitale et de ses arsenaux, et envoie une lettre à l’empereur dans laquelle il met en accusation le régent, tout en lui promettant la vie sauve s’il quitte le pouvoir. Ce dernier accède à la demande, mais sera exécuté, comme tous ses partisans.

Sima Yi a donc réussi son coup : il s’est emparé brusquement du pouvoir alors aux mains du clan Cao, tout comme celui-ci l’avait confisqué aux empereurs des Han. Ayant éliminé physiquement ses principaux rivaux, Sima Yi était en bonne position pour établir un pouvoir durable, mais, relativement âgé, il ne vit pas la suite des succès de son clan.

De fait, à partir de 249, trois générations de Sima se succèdent en tant que «maire du palais» à la tête du royaume de Wei, purgeant celui-ci de toute opposition, tout en continuant la lutte contre les deux autres royaumes. En 264, le Wei, le plus puissant des trois, parvient à annexer celui de Shu. Cette victoire assure aux Sima un prestige immense : ils présentent cette conquête comme la première étape vers l’unification et montrent qu’ils sont, par là, agréés par le Ciel.

Ils méritent tout naturellement d’accéder à la dignité impériale, disent leurs propagandistes. C’est ainsi que, deux ans plus tard, le dernier empereur Wei est contraint à l’abdication, et transmet le pouvoir à un Sima. Les descendants de Sima Yi fondent alors une nouvelle dynastie, les Jin, du nom d’un territoire proche de leur lieu d’origine. Le nom des dynasties chinoises, en effet, n’a pas de lien avec celui de la famille au pouvoir, c’est le nom de l’Etat en quelque sorte, le plus souvent choisi en reprenant le nom d’une principauté de l’Antiquité.

Le premier dépositaire du pouvoir sous les Jin, l’empereur Wu (236-290), Sima Yan de son nom personnel, petit-fils de Sima Yi, a la lourde tâche de réorganiser l’Etat et de lui donner une identité propre. Tâche ardue a priori, d’autant que le pouvoir lui échoit de manière fort brusque : c’est son père qui devait fonder les Jin et en devenir le premier souverain, mais la mort le frappa trop tôt.

Aussi, dès son intronisation, l’empereur Wu se place-t-il dans la continuité de son père et met en œuvre les réformes que celui-ci avait prévues : publication d’un nouveau code de loi, nouveaux règlements agraires, etc. Il lui faut montrer en effet à la cour, aux provinces et au dernier des Trois Royaumes, le Wu, que les Wei appartiennent au passé et que l’empire Jin a vocation à régner sur l’intégralité du territoire chinois.

UNE ÈRE DE PROSPÉRITÉ ET DE QUIÉTUDE

Trois royaumes se disputent un empire
Sur ce point, le passage des Wei aux Jin est une réussite : l’empereur Wu hérite d’un Etat et d’une cour acquis à sa cause et ne souffre, durant son règne, d’aucune véritable contestation de son autorité puisque les grandes purges ont été réalisées avant son accession au trône.Le territoire chinois n’est cependant pas totalement sous son contrôle puisque le royaume de Wu, au sud-est, n’est pas encore annexé. Il faut encore quinze ans pour y parvenir tant les divergences et les rivalités entre ministres et courtisans ralentissent l’action.En définitive, la campagne militaire de 280, qui ne dure que quelques mois, est simple, efficace et imparable : le royaume de Wu est attaqué par le nord et par l’ouest et noyé sous un flot de 200 000 hommes.

En 280, la Chine est donc réunifiée et pacifiée, une situation qu’elle n’avait plus connue depuis un siècle. La crise représentée par la fragmentation des Trois Royaumes est achevée. Pendant environ dix ans, l’économie se redresse, et cette période sera rétrospectivement perçue comme un âge de prospérité et de quiétude : en effet, dans la mesure où les Jin n’ont plus d’ennemis importants à combattre et qu’ils règnent sur l’ensemble du pays, les échanges entre le Nord et le Sud reprennent et les ressources sont consacrées non plus à la guerre, mais au développement du pays. «Les campagnes étaient couvertes de buffles et de chevaux ; le grain s’accumulait dans les champs», est-il écrit dans les annales de cette époque.

Mais ce temps béni ne dure pas, car l’empereur Wu commet de graves erreurs, se reposant entièrement sur cette victoire fragile et négligeant, d’un côté, les rivalités dans sa famille et, de l’autre, les menaces que font peser les barbares à la frontière nord.

Dès son intronisation, en 265, le souverain avait distribué quantité de fiefs aux membres de son clan et aux familles alliées, afin de remercier les partisans qui avaient aidé son père, son oncle et son grand-père (Sima Yi) à s’emparer du pouvoir sous les Wei. Les fiefs les plus importants sont de vastes territoires, pourvus d’armées contrôlées directement par les princes. L’empereur espérait ainsi éviter le triste sort des Cao, dépossédés de leur Etat par sa propre famille, c’est la raison pour laquelle il privilégie alors les membres de son propre clan.

Dans le même temps, aux frontières, l’agitation gronde. L’empereur Wu ambitionne d’élever un rempart contre les populations étrangères du Nord et doit pour cela confier des sortes de proconsulats aux militaires et aux princes Sima. Trop confiant dans l’avenir, une fois le royaume de Wu conquis, le souverain démobilise les troupes régionales, ne laissant aux mains des fonctionnaires locaux que des forces de gendarmerie.

La démobilisation des armées régionales donne encore plus de puissance aux forces princières, si bien que, à la mort du souverain, en 290, le pouvoir militaire est presque exclusivement détenu par des membres du clan impérial, répartis aux quatre coins de l’empire.

Moins d’une génération plus tard, cette situation explosive produit ses effets. Les leçons de la crise des Trois Royaumes semblent oubliées et déjà s’ouvre une nouvelle période chaotique que l’historiographie chinoise a appelée les guerres des Huit Princes.

Pendant environ quinze ans, des Sima se livrent bataille selon un schéma simple et répétitif : lorsqu’un prince a réussi à capter le pouvoir, les autres se coalisent contre lui et font tout pour le faire disparaître. Dès que le but est atteint, la coalition se disloque.

Au début du IIIe siècle, l’empire Jin est finalement exsangue, rongé de l’intérieur par ces guerres et menacé sur ses frontières par de nombreuses populations non chinoises : l’émiettement est de nouveau la règle. Si, au sud, un prince Sima se proclame encore empereur dans la ville de Nankin, le Nord, où s’épanouissent des Etats plus ou moins barbares, échappe totalement à son autorité.

COUPÉE EN DEUX ZONES

Pendant trois siècles, jusqu’à l’unification réalisée sous la dynastie des Sui, en 589, la Chine est à nouveau fragmentée, cette fois en deux grandes zones. Cette période, désignée couramment par l’expression «dynasties du Nord et du Sud», bien que fort troublée sur les plans politique, économique et social, est cependant extrêmement riche dans le domaine culturel : la poésie fleurit dans les cours aristocratiques chinoises du Sud, et, dans le domaine religieux, ces quelques siècles sont marqués par la diffusion et l’acclimatation d’une doctrine indienne promise à un grand avenir en Chine : le bouddhisme. Sans doute la fuite spirituelle compensait-elle un dégoût généralisé devant le caractère insensé de la politique, où l’intérêt personnel et clanique ruinait tout espoir d’un destin collectif.Finalement, la chute de la dynastie Han, après quatre siècles de règne, et la période des Trois Royaumes restent pour les Chinois une rupture traumatique, celle qui vit la croyance en une marche stable du pays s’effondrer, celle qui ouvrit la voie à près de mille oscillations entre unité et fragmentation.

* Damien Chaussende est sinologue, chercheur au CNRS, membre du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale. Ses recherches portent sur l’histoire et l’historiographie de la Chine classique. Il est l’auteur «Des Trois Royaumes aux Jin. Légitimation du pouvoir impérial en Chine au IIIe siècle», Les Belles Lettres, 2010, et de «la Véritable Histoire du premier empereur de Chine», Les Belles Lettres, 2010.

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

On oublie tout et on recommence

404 av JC. LA DEMOCRATIE PERICLITE A ATHENES. Vainqueur de la guerre du Péloponnèse, Sparte impose à Athènes, en 404, un régime oligarchique. Mais, un an plus tard, les Athéniens tenants de la démocratie triompheront en proclamant une amnistie générale.


On oublie tout et on recommence
Par GIUSTO TRAINA*
Lors des manifestations dramatiques d’Athènes de mai 2011, quand la crise politique du gouvernement grec battait son plein, on pouvait lire un slogan assez créatif (en anglais dans le texte) : «Error 404, democracy not found» («Erreur 404, démocratie non trouvée»). Or, ce slogan au goût un peu nerd évoque, sans doute involontairement, l’une des grandes dates de l’histoire grecque : 404 av. J.-C., quand la démocratie athénienne connut la plus grave crise de son histoire.Bien sûr, la dérive de la cité avait commencé plus tôt, et déjà au début de la guerre du Péloponnèse qui l’oppose à Sparte, en 431, Athènes était fortement divisée entre des factions n’hésitant pas à se dénoncer en justice pour s’éliminer mutuellement. La démocratie semblait survivre grâce aux traditions, mais les pratiques s’éloignaient de l’idéal initial d’une société d’égaux. Les tensions économiques, les difficultés militaires ne changeaient rien à l’affaire. Pis, en 411, à l’issue de la désastreuse expédition en Sicile, une nouvelle dérive a vu le jour quand des Athéniens n’ont pas hésité à se tourner vers les anciens ennemis perses pour y chercher soutien. Et c’est justement l’action diplomatique d’un haut dignitaire de l’Empire perse, le satrape Tissapherne, qui contribue à fomenter un véritable coup d’Etat, avec l’instauration d’un comité de 10 citoyens qui annule le système de gouvernement et détermine une nouvelle assemblée de 400 citoyens, non élus mais cooptés.

Vers cette époque, un anonyme athénien, qu’on appelle souvent le «Vieil Oligarque», écrit une Constitution des Athéniens où le système de la démocratie est vu d’un œil aussi méprisant que lucide. Pour cet auteur, le gouvernement du peuple favorise les méchants au détriment des bons. Il faut donc dénoncer le rapport entre le système démocratique et l’empire maritime athénien. Aux yeux du Vieil Oligarque, Athènes, ce véritable modèle de «démocratie-providence», représente le triomphe de la populace sur les «bons» citoyens.

C’est la porte ouverte à des personnages impitoyables et sans scrupule qui, en particulier après la mort de Périclès, ont influencé la politique athénienne, en proposant la guerre à outrance et les représailles contre les alliés les plus récalcitrants, tel Cléon, que le dramaturge Aristophane dépeint comme une sorte de Berlusconi avant la lettre, ou encore le très ambigu Alcibiade. Quelques années plus tard, le Vieil Oligarque évoque ces dérives, en dénonçant la fâcheuse tendance des Athéniens, si libres chez eux, à prendre les alliés pour leurs esclaves. La solution Tissapherne a donc toute son approbation.

L’alerte de 411 a été chaude. La démocratie n’a tenu qu’à force de s’incarner dans une équipe dirigeante qui gardait encore des bataillons de militants. Mais, en 404, la crise revient au galop, car les Spartiates, victorieux dans la guerre du Péloponnèse, imposent de dures conditions à la cité vaincue : si la ville est épargnée, en revanche on détruit les Longs Murs la reliant au port du Pirée, et la presque totalité des navires de la flotte athénienne est consignée. Et, surtout, les vainqueurs donnent un rude coup à la démocratie athénienne, en faisant instaurer une sorte de comité de salut public formé par 30 citoyens, passés à l’histoire comme les «Trente Tyrans». Ce gouvernement provisoire est censé élaborer une nouvelle constitution oligarchique.

EN 403, LES DÉMOCRATES TRIOMPHENT

Pour abattre la démocratie, il faut se libérer de tous les éléments gênants. Protégés par une garnison spartiate, les Trente instaurent donc un véritable régime de la terreur contre leurs adversaires, ou plus simplement contre les citoyens fortunés et les métèques, à savoir les étrangers résidant dans la cité, pour les dépouiller de leurs biens. Les arrestations se multiplient et bientôt on commence à liquider. Le bilan est lourd, 1 500 hommes environ sont exécutés sommairement. La solution dictatoriale tourne au massacre généralisé. Sans doute les vieilles querelles accumulées par un siècle de vie publique agitée trouvent-elles là un exutoire. Et il faut aussi voir dans ces exactions la main des Spartiates, soucieux de détruire les élites de leur adversaire historique.

Le gouvernement oligarchique ne parvient cependant pas à séduire les masses. Une fois les Spartiates éloignés, les Athéniens se lancent dans une véritable guerre civile, au terme de laquelle, dès 403, les partisans de la démocratie triomphent. En donnant preuve d’un haut sens civique, les restaurateurs trouvent une solution, assez étonnante pour un monde composé par des cités turbulentes : tous les citoyens sont obligés de jurer solennellement d’«oublier les malheurs», c’est-à-dire d’accepter la réconciliation politique. Une amnistie générale est promulguée.
Et si les responsables du coup d’Etat oligarchique sont traînés en justice et condamnés, on empêche la faction gagnante de se venger des Athéniens qui, dans la confusion politique, avaient accepté ou soutenu le gouvernement des Trente, ou tout au moins ne l’avaient pas désavoué ouvertement. Certes, l’amnistie de 403 est une opération essentiellement politique : obligés de chercher des boucs émissaires en dehors de l’arène politique, les «démocrates» finissent par attribuer la crise du régime aux sophistes, des philosophes accusés de pervertir les valeurs traditionnelles. La victime la plus illustre de ce dernier règlement de comptes est le philosophe Socrate, condamné à mort en 399 pour «ne pas reconnaître les dieux que reconnaît la cité», introduire «des divinités nouvelles» et «corrompre les jeunes gens».

HAUT DEGRÉ DE MATURITÉ POLITIQUE

Toutes les exactions du gouvernement oligarchique ne sont pourtant pas vengées, ainsi qu’il ressort du discours Contre Eratosthène, un plaidoyer judiciaire prononcé à l’automne 403 par le grand orateur Lysias, qui s’attache de façon magistrale à récupérer ses biens saisis par un des Trente, Eratosthène, également responsable de la mort de Polémarque, le frère de Lysias. En dépit de ce deuil, le discours est très équilibré : Lysias veut la justice, pas la vengeance, et d’ailleurs il sait bien qu’en ce moment la dissension politique l’emporte par-dessus tout. Malgré la force de ses arguments, il n’obtient pas gain de cause, sans doute parce qu’il était un métèque, et qu’en cette heure délicate mieux valait admettre une injustice pour éteindre les feux de la guerre civile. Avec la sagesse rétrospective de vingt-quatre siècles d’histoire, le choix d’«oublier le passé» démontre le haut degré de maturité politique atteint par la démocratie athénienne.
Si le régime démocratique est sorti indemne de la crise de 404, et malgré les efforts pour rétablir l’empire maritime, il ne retrouvera jamais son plein rayonnement. Curieusement, les principaux responsables pensaient d’abord résoudre la crise institutionnelle avant de songer aux questions sociales. Or, les faiblesses du régime provenaient aussi de l’accroissement des inégalités et de la montée des disparités dans une cité opulente et conquérante. Quoi qu’il en soit, l’essor de la Macédoine met bientôt fin aux prétentions athéniennes de dominer l’économie d’une bonne partie de la Méditerranée. Après la victoire de Philippe II de Macédoine à Chéronée, en 338, et l’avènement de son fils Alexandre le Grand en 336, Athènes est destinée à un rôle bien moins prestigieux. Le déclin politique de la cité n’affecte pas tous les citoyens et, malgré l’acharnement de fervents patriotes tel Démosthène, beaucoup apprécient la prospérité économique assurée par la protection des Macédoniens sous le gouvernement du régent Antipater. De fait, l’hégémonie macédonienne ne menace pas le système démocratique.A cette époque, Aristote écrit une Constitution des Athéniens où les arguments du Vieil Oligarque sont inversés : après le retour du régime démocratique, on a attribué «toujours de plus grands pouvoirs à la foule. Car le peuple s’est rendu maître de tout, et tout est réglé par les décrets et les tribunaux où le peuple est souverain. En effet, les jugements rendus autrefois par le conseil sont passés aux mains du peuple ; et en cela on semble avoir bien fait, car le petit nombre est, plus que le grand, accessible à la corruption par l’argent et la faveur». Protégé par Philippe de Macédoine, Aristote, précepteur d’Alexandre le Grand, et surtout métèque, n’avait guère de raisons de défendre le système démocratique athénien, mais il admettait qu’en quelque sorte c’était un moindre mal. Après la mort d’Alexandre, en 322, les Athéniens le chasseront de la cité.

Finalement, 404 semble avoir été une crise de croissance et, trois générations plus tard, la démocratie jouit d’une bonne santé. C’est pour cette raison que, à part le dernier «accident de parcours» du gouvernement de Démétrios de Phalère (317-307), Athènes gardera son autonomie et son prestige sous le contrôle des Macédoniens puis des Romains, et aussi un certain poids dans l’économie de l’espace égéen. Bien entendu, son rôle politique ne sera plus qu’un modèle d’inspiration pour les Grecs, qui resteront toujours attachés aux trois grandes valeurs de dêmokratia, eleutheria, autonomia («démocratie, liberté, autonomie»).

En 2011, les manifestants de la place Syntagma n’étaient pas moins concernés par ces valeurs. Toutefois, comme leurs lointains prédécesseurs, ils négligeaient le risque que fait peser toute contestation. L’erreur (de) 404 n’était pas une erreur système. Elle résultait de la corruption des élites par la mise en réseau. On ne put en sortir qu’en brisant les servitudes des dettes virulentes, tout en admettant un pardon qui efface la mémoire vive des rancœurs.

* Giusto Traina, historien, est professeur à l’université Paris-Sorbonne. 

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

L’étoile des rois mages a-t-elle existé ?

Selon l’évangéliste Matthieu, elle aurait guidé les mages jusqu’en Palestine. Vrai ou faux ?

Un phénomène céleste exceptionnel a bien eu lieu au moment de la naissance de Jésus-Christ.

Un phénomène céleste exceptionnel a bien eu lieu au moment de la naissance de Jésus-Christ. © NASA/ESA/Sipa

Par MARC FOURNY

Un phénomène astrologique extraordinaire serait à l’origine de l’adoration des mages, une scène que les catholiques célèbrent ce week-end lors de l’épiphanie. Des sages venus d’Orient viennent déposer leurs offrandes au pied de l’enfant Jésus : de l’encens – symbole de la divinité -, de l’or – image de la royauté – et de la myrrhe, cette résine aromatique qui servait notamment à l’embaumement des morts et qui prophétise le futur martyre du Christ.

Voici comment Matthieu relate les faits : « Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. Informé, le roi Hérode fut troublé et tout Jérusalem avec lui… »

Ces mages ne sont pas des rois – Matthieu est formel. L’Église a laissé se propager l’image de princes agenouillés dans la crèche pour bien signifier que le pouvoir temporel devait s’incliner face à l’autorité spirituelle. Il s’agirait en réalité de prêtres appartenant à une caste sacerdotale de Perse prêchant le mazdéisme, une religion ancienne fondée sur l’opposition entre le bien – la lumière – et le mal – les ténèbres.

Jupiter rejoint par Saturne

Si ces sages venus de l’actuel Iran ont fait tout ce chemin, il faut imaginer que le phénomène astrologique a été suffisamment puissant pour marquer les esprits. De quelle nature pouvait-il être ? Les scientifiques en voient plusieurs possibles. D’abord une nova ou une supernova, l’explosion d’une étoile, visible à l’oeil nu parfois pendant plusieurs mois. Mais si un tel phénomène a déjà été mentionné vers l’an mille, notamment par les astrologues chinois, rien de tel sous le règne d’Hérode.

Une étoile filante ? Trop éphémère pour attirer l’attention et mobiliser une telle caravane. Pourrait-il alors s’agir de la fameuse comète de Halley, que les prêtres auraient pu suivre et que Giotto a même peinte dans sa fameuse Adoration des mages ? « Là encore, ce n’est pas possible, explique l’astrophysicien Michel Marcelin, chercheur au CNRS. La comète est passée dans le ciel 66 ans avant la naissance supposée du Christ, soit bien trop tôt. Les dates ne concordent pas. En revanche, une conjonction particulière s’est produite dans le ciel sept ans avant la naissance supposée du Christ. Jupiter et Saturne se sont rapprochées trois fois de suite dans l’année, en juin, septembre et décembre, un ballet spectaculaire qui n’a pas pu passer inaperçu… » Une conjonction qui aurait très bien pu pousser des grands prêtres de Perse, férus d’astronomie, à se rendre en Palestine pour en avoir le coeur net.

Constellations des poissons

« Les écrits de l’Ancien Testament, notamment le Livre de Daniel, font mention de la venue d’un grand roi sur ces terres, souligne l’astrologue et écrivain Denis Labouré. Depuis l’exil des Juifs à Babylone, les lettrés perses connaissaient parfaitement les traditions rapportées par ces textes. Le ballet des astres en l’an 7 av. J.-C. aiguise leur curiosité : une longue tradition orientale rapporte que certaines conjonctions de Jupiter et Saturne annoncent la naissance d’un empire, d’un maître ou d’un prophète. Celle de l’an 7 av. J.-C. s’est produite dans la constellation des poissons, or toute constellation faisait référence à un morceau du monde connu. Et celle des poissons indiquait, entre autres, la terre de Palestine… »

Quelques mois plus tard, un nouveau phénomène extraordinaire se produit plein ouest : le 20 février de l’an 6 avant J.-C., la lune et Mars rejoignent Jupiter et Saturne au soleil couchant. Ce paquet d’astres lumineux, teinté d’orangé avec la présence de Mars, devait être extraordinaire pour des astrologues arrivant de l’est. Serait-ce enfin la fameuse « étoile » qui guida les mages ? Tout semble cette fois concorder : en l’an 6 avant J.-C, le roi Hérode est toujours en vie et les historiens situent la date de naissance du Christ entre l’an 8 et l’an 4 avant notre ère – même l’Église reconnaît aujourd’hui une erreur de plusieurs années dans le calendrier officiel. Si le récit de l’évangéliste Matthieu n’est recoupé par aucun autre témoignage, il n’en demeure pas moins qu’un étrange phénomène céleste a bel et bien remué prêtres, princes et scientifiques à l’aube de l’ère chrétienne.

http://www.lepoint.fr/societe/l-etoile-des-rois-mages-a-t-elle-existe-05-01-2013-1608842_23.php

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Bonne année 2013 !

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :