Tourisme : gare au « syndrome du voyageur »

Des émotions intenses ressenties à l’étranger peuvent entraîner des troubles psychosomatiques, voire psychiatriques, parfois sévères.

Le mur des Lamentations est l'épicentre du "syndrome de Jérusalem".

Le mur des Lamentations est l'épicentre du "syndrome de Jérusalem". © WARTNER/20 MINUTES / SIPA

Par ANNE JEANBLANC

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/tourisme-gare-au-syndrome-du-voyageur-25-12-2012-1605895_57.php

Qu’il s’agisse du syndrome de Stendhal, du syndrome de Jérusalem, du choc indien ou du syndrome de Paris, toutes ces manifestations se produisent chez des personnes « normales », brutalement confrontées à certaines réalités du pays visité qu’elles n’avaient pas anticipées. Il peut s’agir d’une simple anxiété accompagnée de palpitations cardiaques, de sueurs, de sensations vertigineuses, voire d’un état délirant, avec hallucinations, sentiment de persécution, agitation ou peur extrême. La Newsletter Santé-Voyage détaille ces troubles qui, fort heureusement, disparaissent avec le retour dans son pays d’origine, mais qui nécessitent parfois quand même un rapatriement sanitaire.

L’un des premiers à faire état de tels problèmes a sans doute été Stendhal. Dans ses Carnets de voyage, en 1817, il écrit : « J’étais dans une sorte d’extase, par l’idée d’être à Florence, et le voisinage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je la voyais de près, je la touchais pour ainsi dire. J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux Arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de coeur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. » Les hôpitaux de cette ville reçoivent toujours des tourismes victimes du même mal (aussi appelé « syndrome de Florence »), submergés d’émotion devant l’abondance et la richesse des oeuvres d’art de la ville.

Transe et dépression

Le « syndrome de Jérusalem » est proche du précédent. Mais cette fois, l’extase est d’origine religieuse au coeur de cette ville trois fois sainte. Le mur des Lamentations en est l’épicentre. Une quarantaine de personnes y seraient hospitalisées, chaque année, le plus souvent au moment des grandes fêtes religieuses (Noël, Pâques, Pessah) ainsi que durant les mois chauds de juillet et août. Les principaux symptômes rencontrés sont une obsession de purification du corps, la confection compulsive de toges à partir de draps, la déclamation de passages de la Bible, la proclamation de sermons et les hallucinations. 66 % des victimes de ce syndrome seraient de confession juive et 33 % chrétiens.

L’Inde est également une terre propice à ce genre de troubles, a fortiori quand les touristes sont en quête d’autre chose, qu’ils sont à la recherche de mysticisme, de la « Voie ». Il faut dire que l’immense pauvreté, la maladie et la mort très visibles au sein d’une foule dense, d’odeurs fortes, le tout dans une atmosphère chaude et humide, ont de quoi provoquer un « vacillement de la personnalité », qui disparaît après le retour. Mais qui ne « vaccine » pas les voyageurs pour autant, la plupart d’entre eux n’ayant qu’une idée : y retourner.

Reste le « syndrome de Paris », qui touche principalement les Japonais, d’où son autre nom : Pari shōkōgun. Beaucoup sont déstabilisés par le fossé culturel existant entre notre pays (notamment connu au travers du Montmartre des Années folles ou d’Amélie Poulain) et le leur. Ils ont du mal à admettre la saleté relative de nos villes, les retards dans les transports, les grèves, les manifestations, les vols à l’arraché. Mais, pire encore, le comportement démonstratif des Français, leur faculté d’exprimer vivement leur désaccord et les contacts physiques, tout cela a été à l’origine de l’hospitalisation de 63 personnes (29 hommes et 34 femmes, la moitié entre 20 et 30 ans) entre 1988 et 2004 dans le service du docteur Ōta, créé spécifiquement pour eux à l’hôpital Sainte-Anne (Paris).

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :